Partagez
Aller en bas
avatar
Haut Conseiller
Haut Conseiller
Voir le profil de l'utilisateur

Lettre de Sylviana à Dreyfus

le Jeu 19 Avr - 20:03
Quand: Mi-Avril
Qui: Sylviana et Dreyfus

Peu après les évènements qui prirent place dans les forêts bordant l'Avant-Poste de la Phalange, Sylviana envoya un rapport au Grand-Maître,  alors en pélerinage, ainsi que pour l'informer du point de rendez-vous pour la prochaine grande mission du Sceau du Sud et la bannière Adamante.

Grand-Maître Dreyfus,

j’espère que votre voyage se passe au mieux et que vous trouvez les réponses à vos questions.

Lors de votre absence, de nombreuses choses se sont passées. Les Reitres ont découvert un trafic étrange de caravanes et de gens encapuchonnés de noir entre certaines villes de la Nouvelle Sylvanie et les forêts au Sud de notre Avant-Poste. Après enquête, ils ont découvert l’existence de deux clans résidant au sein des forêts...en plein territoire Untot! J’ai pris la décision, en me concertant avec l’Aspirant Sénéchal Erebus d’aller les voir pour en savoir plus et peut-être négocier des accords.
Lors d’une réunion avec les deux chefs, Heinz Steigscharf et Emelynne Kapuze, qui m’avait garanti qu’ils avaient la protection de Terra et d’Ignis et qu’aucun ennemi ne pourrait nous trouver, nous nous sommes fait attaquer par une grande troupe de morts-vivants accompagnés de membres de la Pestilence. Certains des nôtres ont été affectés par un mélange de quatre de leurs maladies. De nombreuses choses se sont passées et je vais les reprendre une par une.

Magika nous a protégés en envoyant à notre insu mais pour notre plus grand bohneur, une troupe de la Phalange qui par chance a vu les ennemis se diriger vers notre location. Ils ont vaillamment combattu et nous avons pu nous regrouper. Pour ma part, j’ai été affligée d’un mal étrange et ai du rester en retrait fort longtemps et n’ai pu aider mes frères et soeurs correctement.

La guérison des maladies de la Pestilence fût longue, et il fallut la forte aggravation des symptômes avant que les frères encore sains ne considèrent que sérieusement de les guérir. La Mère Supérieure Lucrezia fût particulièrement efficace, aidée d’autres personnes telles que les mages, les Reitres et les alchimistes.  
Tout le monde semble guéri….sauf, deux de nos soeurs qui ont eu de fréquents contacts avec la Pestilence, même après la guérison. La soeur Rhodea et la soeur Aria.
Aucun membre de la Phalange n’a chassé ces créatures ennemies se sont approchées et ont craché leur poison et leurs mensonges.  Ils les ont crues lorsqu’elles ont clamé  vouloir “soigner”, les propres maladies qu’elles avaient causées!
A contrecoeur, lors de mon retour, nous avons du passer un accord pour qu’elles nous améliorent nos armures et qu’elles puissent fuir les morts-vivants qui apparemment les gardaient en otage. La soeur Rhodea saura vous en dire plus.

En plus de la Pestilence, les Morts-vivants présents étaient guidés par leur dangereux Capitaine nommé Grinsen. Il s’agit de membre de la Dernière Bannière. Grinsen était, avant de devenir Untot, Carl Steigscharf, fils du chef de ce clan. Grinsen avait pour but de s’emparer d’une relique des Anciens Seigneurs, datant d’avant le World Burning, présente dans cette forêt afin de la donner, il me semble, à Merth’Yar. La Lance, vouée à l’Aspect de la Vengeance d’Ignis, était un artefact puissant que la Phalange s’est dédiée à détruire.
Pour se faire, il fallait tout d’abord honorer trois autels, une énigme compliquée que nos questeurs surent résoudre avec brio! La Phalange se réunit en conseil afin de décider du porteur de la Lance jusqu’à qu’elle soit détruite. Cela impliquait d’accepter Ignis et s’éloigner de Magika, un énorme sacrifice! La Soeur Aria fût choisie et elle s’en sorti avec bravoure et mérite! A nouveau, la Phalange se battit fièrement. La Lance en notre possession, nous pûmes trouver comment désactiver les autels pour de bon et la lance en fût détruite. Cette dernière bataille fût épique et notre ardeur pallia un certain manque de discipline.

Au milieu des maints ennemis se trouvaient les deux clans. Ballotés entre la mort et le danger, les deux clans trouvèrent la force de nous amener nourriture et soutient tout au long de nos pérégrinations! Certains combattirent même à nos côtés!
Malheureusement, peu de respect fût porté à ces potentiels nouveaux alliés et il furent considérablement ignorés. Seules quelques personnes parmis les Reitres et les Ecclésiastes leur portèrent véritable attention. La Mère Supérieure Lucrezia découvrit que la haine qui règnait entre eux et leur passé était liée à la Lance et à Grinsen. Ils purent être réconciliés et cela aida à détruire la lance.
Les deux chefs nous ont remerciés de les avoir sauvés et nous ont promit des ressources de bois et de nourriture...les nôtres ayant été pillés en notre absence de l’Avant-Poste. Je dois malheureusement rapporter le fait que si les clans ne l’avaient pas fait, aucun membre de la Phalange n’aurait pensé à marchander avec les clans pour négocier des ressources. Nous aurions pu nous retrouver sans rien.

Quant à nos soldats, ils furent braves et courageux face à l’adversité et le chaos. C’est avec une grande tristesse que je dois vous apprendre la mort de l’aspirant Sénéchal Erebus. Il fût capturé par l’ennemi, qui en échange réclamait un calice apparemment important qui avait été trouvé dans un autel de Terra. La Phalange à ce moment là décida que le Calice ne devait pas leur être remis, car avec le peu d’informations qu’ils possédaient, ils conclurent que si les Untot le récupéraient, ils pourraient s’emparer de la Lance et les conséquences seraient dévastatrices. Ils décidèrent donc de ne pas rendre le calice et tentèrent de donner par quatre fois un coffre vide dans l’espoir de tromper l’ennemi...la première fois fût un cuisant échec et une deuxième chance fût donnée à nos guerriers qui utilisèrent la même stratégie une seconde fois, après avoir tenté un maladroit assaut frontal mais qui fût bien vite arrêté. Grinsen, énervé, leur donna trois minutes afin de rendre le Calice...ce que la Phalange ne fit pas. Les Morts-Vivants, ne pardonnant rien, tuèrent Erebus sous leurs yeux.  Erebus lui-même leur avait crié de ne pas céder à leurs demandes. Cette décision fût noble et prise pour le bien de Tous avant le bien d’un seul d’entre nous.
Je reste cependant déçue d’eux car bien d’entre eux pensaient que l’ennemi torturerait Erebus puis nous le rendraient...mais nous parlons des ennemis de Magika! Il ne faut pas sous-estimer leur cruauté! Nos guerriers l’ont appris dans la douleur.
L’Armis Coetus avec l’aide de Petrus firent un magnifique rituel funéraire à Erebus et tentèrent même d’implorer à Magika qu’elle nous le rende mais son âme avait déjà rejoint le cycle de Terra. Une sainte lumière descendit des cieux, puis le corps du Sénéchal disparu ne laissant que son épée et son bouclier.

L’Armis Coetus eu un comportement exemplaire, ils tinrent même la défense d’un autel de Terra qui permi la protection du refuge tout au long de la nuit, aidés par le fraichement recruté Tamerlan (par nos Reitres) et le champion Berserkus. Les autres rechignèrent à l’idée de devoir protéger un point tout au long de la nuit et refusèrent d’aider.
L’armis Coetus put aussi déchiffrer d’anciens textes qui leur ont fait découvrir des techniques de forge avancées.

Les Reitres s’occupèrent de bien des choses comme à leur habitude, et organisèrent avec brio leur groupe, qui en devint encore plus performant! Le Maître Carneus semble avoir son groupe bien en main. Ils sont un avantage important pour la phalange!

Les écclésiastes, ne faisant pas partie des escouades officielles de la Phalange furent forts et courageux. Ils firent de nombreux rituels, résolurent de nombreuses énigmes et prodiguèrent de nombreux soins. Le frère Invictus fût très efficace quant aux nombreuses énigmes. Je propose donc que ces personnes forment un groupe officiel au même titre que l’Armis Coetus, les Reitres et les autres si elles le désirent, guidées par la Mère Supérieure. Moi-même lors des prochains évènements et plus tard par Lucrezia lors des conquêtes d’été.
Lucrezia a beaucoup travaillé avec la soeur Aria qui montre d’intéressantes capacités et pourrait prétendre au titre de Mère Supérieure un jour. Si vous l’acceptez.

Le Maître Samus est à honorer lui aussi. Lors de mon retour, je le nommais Sénéchal temporaire, et il reprit le contrôle de nos forces éparpillés par l’absence du Sénéchal et de vous même. La hiérarchie de notre ordre doit impérativement être clarifiée!

Nous sommes rentrés à notre Avant-poste et avons reçu les ressources promises. Nous nous préparons pour la prochaine mission donnée par nos alliés du Sud et espérons vous retrouver là bas, à Shan Meng Ray. Le Thul’heen appelle aux armes afin de défendre la Sainte tombe d’une Quihen’Assil, je vous rappelle qu’ils furent créés par les Eléments avant toute chose sur Mythodea et qu’ils représentent une partie d’eux incarnée sur Mythodea. Je tente d’en découvrir plus sur ces êtres avant que nous ne partions!

Je pense avoir couvert l’essentiel et reste à votre disposition si le soldat envoyé avec cette missive vous trouve et me revient avec votre réponse sain et Sauf.

Que l’Unique vous garde, revenez nous bientôt.

Pour Magika, Gloire à l’Unique!


Mère Supérieure Sylviana
avatar
Grand Maître
Grand Maître
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Lettre de Sylviana à Dreyfus

le Ven 20 Avr - 7:38
Quand il aperçu la corneille noire qu'il avait laissé au soin de la Mère Supérieure Sylviana, Dreyfus esquissa un sourire. Son errance l'avait tenu éloigné des siens et des nouvelles étaient toujours une façon de se sentir en présence spirituelle avec ses frères et soeurs.

La corneille, qu'il avait nommé Isabella, portait un rouleau de parchemin qu'il détacha soigneusement. L'écriture était fine, mais on pouvait lire sans encombre ce qui semblait être un rapport et non quelques lignes. Il s'attela alors à les lire.

Des morts-vivants, sans surprise... une embuscade... mais une troupe envoyée secourir ceux piégés. La Phalange, à son habitude, savait protéger les siens et l'Unique, ou Magica, semblait toujours accorder sa protection.

La pestilence... À ce passage, Dreyfus fronça les sourcils. La Pestilence faisaient partis des anti-éléments, les damnés. Ils incarnaient l'hérésie au sens brut... mais un choix difficile, car il semble effectivement que la seule solution à la guérison était par ce moyen... Dreyfus posa brièvement le parchemin et pria en recherche de réponse. Il ne se déciderait pas maintenant, mais réfléchirait plus longtemps à la question et décida de laisser à ses frères et soeurs l'opportunité de lui expliquer le détail de cette... hérésie.

Non sans fierté, il appris que la Phalange Noire avait lutté avec bravoure, méprisant la peur et le danger. Puis il arriva à l'annonce du décès d'Erebus. Pendant quelques secondes, il perdit son équilibre et du se rattraper à un tronc d'arbre non loin pour ne pas s'effondre, ses jambes ne supportant soudainement plus son poids. Il relu. Un profond sentiment de tristesse l'empara alors... il savait que c'était à tort car Erebus avait rejoint l'Unique sur le chemin de la rédemption et ainsi ce dernier lui aura surement ouvert les portes de son royaume éternel... mais Dreyfus s'était occupé d'Erebus comme un fils... Ce fier guerrier était devenu un de ses espoirs principaux pour le futur de la Phalange Noire. Aujourd'hui disparu...

Quand ses esprits revinrent, Dreyfus appris alors les succès et parfois échecs de ses frères et soeurs, mais son coeur était dorénavant lourd.

Apprenant qu'une sainte mission avait été ordonnée par Alexij, Thul'heen du Sud, il prit une décision. Saisissant un petit morceau de parchemin, il rédigea les quelques lignes suivantes :

Mère Supérieure,

Je vous remercie pour ce rapport. Vous comprendrez que mon coeur vacille entre fierté et tristesse à l'annonce qu'Erebus a rejoint l'Unique.

Je vous rejoindrai à Shan Meng Ray lors de cette prochaine mission en quittant temporairement mon errance et ma quête spirituelle. La mort de l'aspirant Sénéchal appelle à des changements et plusieurs séances de méditations m'ont donné, je crois, une vision de l'avenir de notre Ordre.

L'Unique et Magica vous gardent.

Grand Maître Dreyfus


Il attacha le petit morceau de parchemin à la patte d'Isabella et libéra l'oiseau qui s'était entre temps reposé vers le Sud. Après avoir rassemblé ses quelques affaires, il se mit en marche. L'appel aux armes annonçait un danger conséquent et le Grand Maître serait cette fois présent pour veiller sur ses frères et soeurs, il en fit le serment.
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum